« Feignant » ou « Fainéant » ?

Accueil / Orthographe française / « Feignant » ou « Fainéant » ?
logo reponse faq

« Feignant » et « Fainéant » sont tous les deux parfaitement corrects. Que l’on emploie l’un ou l’autre, le sens qu’on leur donne tend vers cette description négative du comportement de quelqu’un.

« Feignant » est le participe présent du verbe feindre. « Fainéant » a pour origine deux mots : fait et néant.

Dans la compréhension générale, les mots « feignant » et « fainéant » ont tous deux une consonance péjorative qui décrit le comportement de quelqu’un qui rechigne à travailler ou à faire des efforts. Les qualificatifs de « feignant » ou « fainéant » ont pour synonymes « tire-au-flanc ». Quand on prononce ces mots, ce n’est assurément pas dans l’intention de dire du bien de quelqu’un.

  • Je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi feignant que ce garçon, sa passion est de dormir, même des jours entiers.
  • Ce fainéant de jardinier a laissé sécher toutes mes fleurs, qu’a-t-il bien pu faire pendant notre absence ?
  • Cette institutrice a le don de traquer les petits feignants de sa classe, mais alors attention si elle vous détecte !
  • Je me suis fait traiter de fainéant par mon père, car mes notes n’étaient vraiment pas reluisantes le trimestre passé.

Pourquoi dit-on « feignant » ?

« Feignant » est le participe présent du verbe feindre. Ainsi, une personne feignant de faire quelque chose, a priori de travailler, est quelqu’un qui veut faire paraître qu’il travaille bien, ce qui n’est généralement pas le cas. Il fait seulement semblant, car il ne met aucun entrain à son travail, il le fait juste pour se faire bien voir.

Comment utiliser « fainéant » ?

« Fainéant » a pour origine deux mots : fait et néant. Littéralement, le « fainéant » est donc celui qui ne fait rien. L’étymologie du mot semble remonter aux derniers rois mérovingiens qui accédèrent au trône trop jeune pour pouvoir réellement gouverner. Ils ont de ce fait délégué leurs pouvoirs à d’autres et ils n’ont pratiquement rien fait. On leur attribua alors l’appellation de « rois fainéants ».

Quelles sont les autres façons de l’écrire ?

Pour corser un peu le cours de l’exposé, nous devons savoir que d’autres manières d’écrire se rencontrent dans certains ouvrages. Maupassant, par exemple, dans Contes et nouvelles, emploie le terme « faigniant ». La forme est diverse, mais le fond reste le même. Céline, quant à lui, dans son ouvrage Mort à crédit, emploie le terme « fainéasse » pour souligner la gravité du comportement négatif et l’ampleur de la déchéance.

Ce qu’il y a surtout à retenir c’est que le terme « feignant » (et beaucoup moins le terme faignant) est plus utilisé que « fainéant ». Il faut dire aussi que « feignant » est apparu en premier, mais il semble qu’il soit perçu comme une déformation populaire de « fainéant » alors que la réalité des choses est tout à fait l’inverse.

Une description peu flatteuse

De participe présent, le mot « feignant » est devenu un substantif. Le feignant est celui qui fait semblant de mettre du cœur à l’ouvrage, il subit le travail plutôt que ne le recherche et il aimerait bien ne rien faire, mais est assez sensé pour ne pas l’avouer.

Le mot faignant serait une variante orthographique ancienne de « feignant », mais il est d’un emploi beaucoup plus rare.

Le fainéant a pour objectif de ne rien faire. Il évite le travail surtout par paresse. Ainsi, la différence infime qui sépare le « feignant » du « fainéant » est que le premier s’impose une ligne de conduite qui parfois donne le change. Par contre, le second s’affiche ouvertement comme quelqu’un à qui on n’exige pas.

Le fainéant se dit quelqu’un de très altruiste – selon un comique français – car il a conscience que le travail est un bien précieux. Alors, pour ne pas paraître égoïste, il le laisse aux autres…

Comment appeler une personne qui ne travaille pas ?

On appelle une personne qui ne travaille pas un chômeur. C’est une personne au chômage qui est donc sans emploi.

Exemples : 

Pierre reste au chômage le temps de monter sa propre entreprise.

Malheureusement, je suis au chômage depuis la crise du Covid-19.

Quelqu’un qui ne travaille pas n’est pas dans tous les cas une personne feignante. Il est possible d’avoir du mal à trouver un emploi malgré une forte motivation et une grande persévérance.

Exercices d’application

Affichez votre jugement sur les phrases suivantes :

1) Le ... est celui qui sème la pagaille dans une fête parce qu’il ne s’amuse pas.

A : feignant
B : fainéant

Correct !

Faux !

2) Est traité de ... l’écolier qui s’amuse plus que les autres.

A : feignant
B : fainéant

Correct !

Faux !

3) Un ouvrier ... travaille bien quand le contremaître est là et rêvasse le restant du temps.

A : feignant
B : fainéant

Correct !

Faux !

4) Un ... ne bâille jamais pendant les heures de travail.

A : feignant
B : fainéant

Correct !

Faux !

5) Le ... dort durant que ses collègues affûtent leur matériel de travail.

A : feignant
B : fainéant

Correct !

Faux !

6) Le ... se lève toujours de bon matin pour mieux travailler pendant le jour.

A : feignant
B : fainéant

Correct !

Faux !

Partagez le quiz pour voir vos résultats !

Inscrivez-vous pour voir vos résultats

« feignant » ou « fainéant »

J'ai eu %%score%% sur %%total%%.

%%description%%

%%description%%

Chargement...

Laisser un commentaire

5/5 - (1 vote)

Inscrivez-vous ci-dessous pour : 

Être rappelé afin d’en savoir plus sur nos formations et votre éligibilité aux financements.


« Feignant » ou « Fainéant » ?

Accueil / Orthographe française / « Feignant » ou « Fainéant » ?
logo reponse faq

« Feignant » et « Fainéant » sont tous les deux parfaitement corrects. Que l’on emploie l’un ou l’autre, le sens qu’on leur donne tend vers cette description négative du comportement de quelqu’un.

« Feignant » est le participe présent du verbe feindre. « Fainéant » a pour origine deux mots : fait et néant.

Dans la compréhension générale, les mots « feignant » et « fainéant » ont tous deux une consonance péjorative qui décrit le comportement de quelqu’un qui rechigne à travailler ou à faire des efforts. Les qualificatifs de « feignant » ou « fainéant » ont pour synonymes « tire-au-flanc ». Quand on prononce ces mots, ce n’est assurément pas dans l’intention de dire du bien de quelqu’un.

  • Je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi feignant que ce garçon, sa passion est de dormir, même des jours entiers.
  • Ce fainéant de jardinier a laissé sécher toutes mes fleurs, qu’a-t-il bien pu faire pendant notre absence ?
  • Cette institutrice a le don de traquer les petits feignants de sa classe, mais alors attention si elle vous détecte !
  • Je me suis fait traiter de fainéant par mon père, car mes notes n’étaient vraiment pas reluisantes le trimestre passé.

Pourquoi dit-on « feignant » ?

« Feignant » est le participe présent du verbe feindre. Ainsi, une personne feignant de faire quelque chose, a priori de travailler, est quelqu’un qui veut faire paraître qu’il travaille bien, ce qui n’est généralement pas le cas. Il fait seulement semblant, car il ne met aucun entrain à son travail, il le fait juste pour se faire bien voir.

Comment utiliser « fainéant » ?

« Fainéant » a pour origine deux mots : fait et néant. Littéralement, le « fainéant » est donc celui qui ne fait rien. L’étymologie du mot semble remonter aux derniers rois mérovingiens qui accédèrent au trône trop jeune pour pouvoir réellement gouverner. Ils ont de ce fait délégué leurs pouvoirs à d’autres et ils n’ont pratiquement rien fait. On leur attribua alors l’appellation de « rois fainéants ».

Quelles sont les autres façons de l’écrire ?

Pour corser un peu le cours de l’exposé, nous devons savoir que d’autres manières d’écrire se rencontrent dans certains ouvrages. Maupassant, par exemple, dans Contes et nouvelles, emploie le terme « faigniant ». La forme est diverse, mais le fond reste le même. Céline, quant à lui, dans son ouvrage Mort à crédit, emploie le terme « fainéasse » pour souligner la gravité du comportement négatif et l’ampleur de la déchéance.

Ce qu’il y a surtout à retenir c’est que le terme « feignant » (et beaucoup moins le terme faignant) est plus utilisé que « fainéant ». Il faut dire aussi que « feignant » est apparu en premier, mais il semble qu’il soit perçu comme une déformation populaire de « fainéant » alors que la réalité des choses est tout à fait l’inverse.

Une description peu flatteuse

De participe présent, le mot « feignant » est devenu un substantif. Le feignant est celui qui fait semblant de mettre du cœur à l’ouvrage, il subit le travail plutôt que ne le recherche et il aimerait bien ne rien faire, mais est assez sensé pour ne pas l’avouer.

Le mot faignant serait une variante orthographique ancienne de « feignant », mais il est d’un emploi beaucoup plus rare.

Le fainéant a pour objectif de ne rien faire. Il évite le travail surtout par paresse. Ainsi, la différence infime qui sépare le « feignant » du « fainéant » est que le premier s’impose une ligne de conduite qui parfois donne le change. Par contre, le second s’affiche ouvertement comme quelqu’un à qui on n’exige pas.

Le fainéant se dit quelqu’un de très altruiste – selon un comique français – car il a conscience que le travail est un bien précieux. Alors, pour ne pas paraître égoïste, il le laisse aux autres…

Comment appeler une personne qui ne travaille pas ?

On appelle une personne qui ne travaille pas un chômeur. C’est une personne au chômage qui est donc sans emploi.

Exemples : 

Pierre reste au chômage le temps de monter sa propre entreprise.

Malheureusement, je suis au chômage depuis la crise du Covid-19.

Quelqu’un qui ne travaille pas n’est pas dans tous les cas une personne feignante. Il est possible d’avoir du mal à trouver un emploi malgré une forte motivation et une grande persévérance.

Exercices d’application

Affichez votre jugement sur les phrases suivantes :

1) Le ... est celui qui sème la pagaille dans une fête parce qu’il ne s’amuse pas.

A : feignant
B : fainéant

Correct !

Faux !

2) Est traité de ... l’écolier qui s’amuse plus que les autres.

A : feignant
B : fainéant

Correct !

Faux !

3) Un ouvrier ... travaille bien quand le contremaître est là et rêvasse le restant du temps.

A : feignant
B : fainéant

Correct !

Faux !

4) Un ... ne bâille jamais pendant les heures de travail.

A : feignant
B : fainéant

Correct !

Faux !

5) Le ... dort durant que ses collègues affûtent leur matériel de travail.

A : feignant
B : fainéant

Correct !

Faux !

6) Le ... se lève toujours de bon matin pour mieux travailler pendant le jour.

A : feignant
B : fainéant

Correct !

Faux !

Partagez le quiz pour voir vos résultats !

Inscrivez-vous pour voir vos résultats

« feignant » ou « fainéant »

J'ai eu %%score%% sur %%total%%.

%%description%%

%%description%%

Chargement...

Laisser un commentaire