Comment accorder le participe passé des verbes « Être » et « Avoir »?

Accueil / Conjugaison française / Comment accorder le participe passé des verbes « Être » et « Avoir »?

À l’oral, l’emploi des verbes « être » et « avoir » ne pose aucun problème. C’est à l’écrit que la confusion apparaît, car dans certaines formes, l’accord avec l’auxiliaire est obligatoire. Dans d’autres, cet accord est une faute d’orthographe en français.

Concrètement, il faut connaître la règle et l’intégrer pour décider s’il faut un accord ou pas au participe passé des verbes employés avec les auxiliaires « être » et « avoir ».

 

Le participe passé, une forme verbale

Le participe passé est une forme verbale construite avec le verbe introduit par l’auxiliaire « être » ou l’auxiliaire « avoir » pour avoir un temps composé. Il arrive qu’on utilise le participe passé comme adjectif, dans ce cas, il est utilisé seul.

Dans la règle générale, le participe passé s’accorde avec le sujet quand il est introduit par l’auxiliaire « être » dans une phrase.

Exemples :

La séance est terminée.

Tous les oiseaux sont partis pour ne plus revenir.

Mon grand-père est venu m’apporter des cadeaux.

Les femmes sont épuisées après la longue marche à travers les champs.

Dans la forme du participe passé employé comme adjectif, nous aurons :

Épuisé, il n’eut plus la force de résister.

Les femmes, fatiguées, laissèrent les hommes porter leurs fardeaux.

Le participe passé suit aussi bien l’auxiliaire « être » que l’auxiliaire « avoir ».

Exemples :

J’ai marché longtemps sous la pluie.

La famille a bâti cette maison.

Nous avons acheté ces pommes chez l’épicier du coin.

Nos gars ont perdu leur match contre nos adversaires.

Quel que soit le sujet, le participe passé qui suit l’auxiliaire « avoir » reste invariable si le COD est placé après lui. Dans les exemples précédemment cités, les COD « cette maison » – « ces pommes » – « leur match » est placé après les verbes « bâti » – « acheté » – « perdu ».

 

Comment accorder le participe passé avec l’auxiliaire « avoir » ?

La règle est la suivante : quand le COD est placé avant le participe passé, celui-ci s’accorde en genre et en nombre avec ce COD placé devant lui.

Exemples :

Les pommes que j’ai achetées sont blettes.

La fille que j’ai rencontrée m’a complètement subjugué.

Ce ne sont pas les documents que j’ai demandés.

Les textes qu’il a écrits sont soigneusement archivés dans cette maison.

Ainsi, quand le COD « – l’ » (L apostrophe) placé avant le participe passé est un pronom personnel, l’accord peut se faire.

Exemples :

Il est vrai que cette fille, je l’ai rencontrée au bal du village.

Cette baraque, je l’ai brûlée.

Dès que « – l’ » équivaut à une proposition, l’accord ne se fait pas.

Exemple :

La rencontre s’est passée comme on l’avait souhaité.

La locution « – l’ » renvoie surtout à l’idée que l’on s’est faite de ce qui allait se passer dans la rencontre et non pas seulement à la rencontre.

L’accord ne se fait pas non plus, car le participe passé est suivi d’un infinitif dans la phrase.

Exemples :

La maison qu’il a voulu acheter était trop chère.

La pomme que j’ai voulu manger était blette.

« Qu’ » et « que » cités dans les exemples précédents sont le COD de « acheter » et de « manger » et non pas de « a voulu » ou « ai voulu ». De fait, l’accord ne se fait pas.

 

Doit-on accorder ou non après un verbe pronominal ?

L’accord se fait lorsque le sujet du verbe fait l’action sur lui-même :

Elle s’est aperçue de son erreur.

Elles se sont battues.

Les enfants se sont lavés.

Ensuite, l’accord se fait lorsque le COD précède le verbe :

Les câlins qu’ils se sont faits.

Les pommes qu’ils se sont partagées.

Les lettres que les deux amoureux se sont écrites.

L’accord ne se fait pas puisque le COD suit le verbe :

Ils se sont fait des câlins.

Ils se sont partagé des pommes.

Les deux amoureux se sont écrit des lettres.

Elles se sont lavé les mains.

Aussi, l’astuce est donc de savoir si le verbe pronominal réfléchi admet un COI, dans ce cas, il n’y a pas d’accord :

Pour savoir si le verbe admet un COI, il suffit de poser la question « à qui » :

Ils se sont nui → Ils ont nuit à qui ? – réponse : à eux-mêmes.

Les rois se sont succédé → ils ont succédé à qui ? – réponse : aux rois avant eux.

Note : Les participes passés des verbes suivants sont invariables :

Se rire, se mentir, s’en vouloir, se sourire, se suffire, se plaire, se complaire, se déplaire, se convenir, se ressembler, se survivre, se nuire.

 

Exercices d’application

Écrivez les participes passés des verbes :

1) Les oiseaux se sont ... au loin.

A : envoler
B : envolés

Correct !

Faux !

2) Elle s’est ... le visage.

A : maquiller
B : maquillé

Correct !

Faux !

3) La bête s’est ... un passage dans la haie.

A : frayer
B : frayé

Correct !

Faux !

4) Les enfants se sont ... dans la cour.

A : amuser
B : amusés

Correct !

Faux !

5) Les articles en promotion se sont ... en un rien de temps.

B : vendus
A : vendu

Correct !

Faux !

Partagez le quiz pour voir vos résultats !

Inscrivez-vous pour voir vos résultats

« Être » et « Avoir » : Quelles sont les règles d’accord du participe passé ?

J'ai eu %%score%% sur %%total%%.

%%description%%

%%description%%

Chargement...

Nous espérons que le participe passé du verbe être et avoir ne sont désormais plus un secret pour vous. Pour un complément de cours de grammaire française, nous vous invitons à consulter le reste de nos articles.

Laisser un commentaire

Notez cet article